Quand la danse nourrit la peinture, quand l’art pictural ouvre des portes à l’imaginaire corporel…

Un Corbeau sous la Lune/ March 18, 2013/ Inspirations/ 0 comments

Découvrir les possibles d’une main… Laisserait-elle des traces dans l’espace ?

De cette même main, caresser un carton, découvrir le crayeux d’un fusain, jeter de l’encre (jeter son ancre ?) sur un papier…

L’onde parcourt le corps… Des bribes se répètent. Une phrase dansée s’installe… Elle parle de couleurs.

Laisser infuser les pigments…. Les laisser colorer notre imaginaire…

Puis, d’un jeter de jambes, faire ses premiers pas sur une toile posée au sol….

Comment la peinture peut-elle nourrir la danse ? Comment la danse peut-elle emprunter aux arts plastiques ?

Tout est question de matière, de trace et d’instant….

Laisser le corps et la découverte prendre le relai de la réflexion…

Le pied et la main laissent entrevoir leur savoir primitif, leur mémoire sensorielle…

Du groupe naît un partage, une cohésion… Clac-Clac! Tout est brut, juste… pas de séduction dans le trait ou le geste.

Une exploration sincère des sens et de la matière…

Une superbe découverte ! Une nouvelle porte poussée vers d’autres possibles …

Merci à Catherine Pineur (auteur-illustratrice) et Caroline Cornelis (danseuse-chorégraphe) pour leur générosité lors de ce stage…

Merci aussi à Pierre de Lune et Sybille Wolfs de l’avoir rendu possible 😉

Merci à Carthago Delenda Est d’avoir servi d’écrin à nos expériences ces 16 et 17 mars…

PR Danse et Peinture 237

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
*
*